Œil d’expert

Partagez cette page

Icone Facebook Icone Twitter Icone Mail

Libération du Sénat

 

Vue de la cour du Sénat après les combats de la Libération © coll. Gandner, Musée Général Leclerc/Musée Jean Moulin (Paris Musées)

Le Sénat est fortement défendu par les Allemands : 13 chars, 600 hommes (une compagnie de police et des SS). Le commandant Putz, avec son sous-groupement formé de deux compagnies du 501e régiment de chasseurs de char (capitaine de Witasse et lieutenant Nanterre), d’une compagnie du régiment de marche du Tchad (capitaine Sarrazac) et du 3e escadron de tanks destroyers du régiment blindé des fusiliers marins attaque le palais du Luxembourg. L’escadron de protection du général Leclerc, aux ordres du capitaine de Boissieu, fait intervenir ses chars boulevard Saint-Michel, à la hauteur de la Sorbonne. Les FFI du colonel Fabien apportent leur aide à la 2e DB. La bataille ne prend fin qu’à 18 h 30 et après de longs palabres avec le colonel allemand pour que les officiers SS acceptent de se rendre.

Analyse de l’événement par Christine Levisse-Touzé, Conservateur général, historienne, directrice du Musée du général Leclerc et de la Libération de Paris et du Musée Jean Moulin et commissaire de l’exposition « Août 1944. Le combat pour la Liberté »